Echographie et IRM

Le compte rendu de ces examens est essentiel et doit décrire précisément les lésions, et leur contiguité avec les différents organes pelviens: ovaire, vessie, rectum, uretères, utérus.

Echographie pelvienne endovaginale

L'échographie pelvienne endo-vaginale orientée est l'examen de référence, et lorsqu'elle est réalisée à un niveau d'expert a une performance parfois similaire, souvent complémentaires à l'IRM pelvienne. C'est l'examen initial de référence. Elle dépiste les lésions endométriosiques au niveau des ovaires, des culs de sac vésico-utérin et de Douglas; elle pemret aussi de retrouver les lésions endométriosiques digestives qui atteignent le rectum. Elle dépiste mal les lésions endométriosiques superficielles. Les adhérences pelviennes sont suspectées mais ne sont pas vues. Une fiche information patiente est diponible ici.

IRM

Elle doit être réalisée et interprétée par un radiologue référent en endométriose pelvienne. Et au même titre que l'échographie elle doit décrire précisément les lésions et leurs rapports aux organes adjacents. En effet ce sont ces éléments précis qui vont guider la prise en charge médicale et chirurgicale de la maldie endométriosique. Cet IRM est complémentaire de l'échographie pelvienne. Les adhérences pelviennes sont suspectées mais ne sont pas vues. Une fiche information patiente est disponible ici.

L'hystérosalpingographie, l'échographie endorectale, l'uroscanner seront des examens qui seront prescrits en fonction de chaque situation.


Publié le 1 décembre 2019 par Dr. dr Philippe Landowski

Mentions légalesPlan du site • Copyright © 2015 • Gynécosphère - Centre international de gynécologie Paris, France • Tous droits réservés