Prise en charge générale des fibromes

L’équipe médicale regroupée au sein de Gynécosphère® de la clinique Internationale du Parc Monceau (CIPM) à Paris permet une prise en charge optimale des patientes présentant une pathologie utérine fibromateuse.

L’imagerie diagnostique pelvienne par échographie-doppler, par l’IRM et enfin par hystéroscopie diagnostique en consultation, permet d’explorer les patientes porteuses de fibromes.

Outre la symptomatologie bien connue des femmes porteuses de fibromes, les saignements (avec l’anémie, la fatigue et le retentissement socio-professionnel qui en sont les conséquences), la douleur, la gène pelvienne, la compression sur la vessie ou sur le rectum, l’équipe met au centre de sa prise en charge et de ses décisions le retentissement des fibromes sur la fécondité actuelle ou en devenir.

En effet, une fois que les projets de grossesse ont été réalisés (ou parfois pas..) et que le temps passant, cette problématique n’est plus d’actualité, il est relativement aisé de définir la stratégie la plus adaptée à chaque patiente.

Envisager une abstention thérapeutique, un traitement médical ou enfin un traitement plus invasif doit se définir sereinement au sein d’une discussion entre la patiente et son médecin en pesant les avantages et inconvénients de chacune de ces possibilités.

Les traitements hormonaux à base essentiellement de progestérone, ou alors les analogues du gn-RH et les anti progestérones par voie orale ou les progestatifs sous forme de dispositif intra utérin sont l’essentiel de ces traitements.

Définir ensuite le geste opératoire le plus efficace, le plus simple et le mieux toléré pour chaque patiente est le minimum à assurer pour chaque équipe de gynécologie.

 

En revanche, adapter la stratégie de la prise en charge de la pathologie fibromateuse en fonction des retentissements des fibromes ou des actes chirurgicaux sur la fécondité, sur la grossesse, voire sur le mode d’accouchements est essentiel. Tout ceci doit être interprété en fonction de l’âge de la patiente, d’un bilan éventuel de fécondité et de son histoire relève d’un accompagnement fort de chaque patiente, en confiance et en compétence avec l’équipe de Gynécosphère®.

Il s’agit là pour nous de l’intérêt majeur de la prise en charge des fibromes utérins.

 

Une fois la discussion réalisée, une fois pesés les avantages et inconvénients de chaque traitement médical ou chirurgical, il est alors temps d’expliquer ce que sont les myomectomies par hystéroscopies opératoires, par cœliochirurgie, par robotique, par laparotomie ou alors les embolisations par radiologie interventionnelle et les modes d’anesthésie afférents à chacun de ces traitements. En effet il est essentiel d’associer les patientes à ce choix de traitement, car d’une part elles sont les premières concernées et que d’autre part les liens entre les fibromes et la fécondité sont essentiels et doivent impérativement être anticipés.

 

Il s’agit là du mode de fonctionnement et l’ambition de l’équipe médicale regroupée au sein de Gynécosphère®.


Publié le 17 décembre 2015 par Dr. dr Philippe Landowski

Mentions légalesPlan du site • Copyright © 2015 • Gynécosphère - Centre international de gynécologie Paris, France • Tous droits réservés