Utérus

Le cancer du corps de l’utérus (ou cancer de l’endomètre)

Il survient le plus souvent après la ménopause.
La survenue de saignements anormaux après la ménopause et leur prise en charge précoce permet de proposer une prise en charge simple et efficace. Ce cancer est diagnostiqué de plus en plus tôt du fait des résultats de l’imagerie (échographie de l’utérus) et de l’hystéroscopie diagnostique ( Centre d’Hystéroscopie de Paris; prise de rendez vous par téléphone: 01 40 54 88 08 ). Le bilan de ce cancer nécessitera la réalisation d’une IRM pelvienne avant toute intervention. Dépisté tôt, la guérison est assurée par le seul geste chirurgical (hystérectomie ou ablation de l’utérus).

Dans certains cas, discutés au cours d’une réunion de concertation pluridisciplinaire entre chirurgiens, radio-thérapeutes et chimio-thérapeutes, une radiothérapie complémentaire est proposée après la chirurgie. Cette radiothérapie sera locale (la curiethérapie vaginale) soit plus diffuse au sein de l’abdomen.

La curiethérapie vaginale

Il s’agit d’une radiothérapie locale complémentaire du traitement chirurgical du cancer de l’utérus.
Une hospitalisation de 1 à 5 jours est nécessaire.

Au bloc opératoire : mise en place sous anesthésie d’un appareil non radioactif appelé applicateur.
Dans le service de physique : vérification de la bonne position de l’applicateur, puis dosimétrie par ordinateur avec reconstitution des isodoses sur scanner en 3D et enfin calcul du temps de traitement.
Dans la chambre d’hospitalisation: ces chambres sont équipées pour protéger des radiations le personnel soignant et les visiteurs; on y réalise l’introduction des corps radioactifs dans l’applicateur


Publié le 16 juin 2015 par Dr. Philippe Landowski

Mentions légalesPlan du site • Copyright © 2015 • Gynécosphère - Centre international de gynécologie Paris, France • Tous droits réservés