Ovaire

Les cancers de l’ovaire se développent à partir des cellules qui composent les ovaires. Dans 90 % des cas, c’est la surface externe des ovaires (cellules épithéliales) qui est touchée. On parle d’adénocarcinome. Chaque tumeur se définit par son type histologique et sont stade qui correspond au degré d’extension de la maladie.
Le cancer de l’ovaire concerne environ 4 400 personnes par an (7ème cancer le plus fréquent chez la femme). L’âge moyen au moment du diagnostic est de 65 ans. Il touche les femmes ménopausées et a parfois une origine génétique

Le diagnostic est souvent tardif du fait de la pauvreté des symptômes en phase initiale. Habituellement, la découverte de la maladie est faite devant des signes peu spécifiques et pas toujours gynécologiques. Parfois, la découverte est fortuite lors d’un examen d’imagerie telle qu’une échographie ou un scanner.

Un bilan d’imagerie (échographie et scanner thoraco-abdomino-pelvien) est nécessaire à la prise en charge initiale. Parfois, une coelioscopie de staging sera réalisée permettant d’évaluer l’étendue des lésions et l’atteinte éventuelle des organes de voisinage. A l’issue de cette intervention, des biopsies sont réalisées confirmant le diagnostic et évaluant l’opérabilité de la maladie.

Parfois, la maladie est d’emblée étendue et l’ablation chirurgicale complète des lésions est impossible. Dans ce cas, une chimiothérapie première est réalisée avant toute intervention chirurgicale.

Le traitement chirurgical consiste en une ablation complète de l’ensemble des lésions et nécessite parfois l’ablation d’organes de voisinages comme le colon.
Les ganglions situés le long des gros vaisseaux (Aorte et Veine Cave Inférieure) sont aussi prélevé lors de cette intervention, cette intervention s’appelle le curage lombo-aortique. IL s’agit par conséquent d’une intervention technique nécessitant souvent la collaboration de plusieurs chirurgiens.

Le Docteur L. Friederich réalise les curages lombo-Aortique au sein de l’équipe de la clinique du Parc Monceau.

Le traitement chirurgical est suivi par une chimiothérapie, dont les modalités sont définies lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire (réunion RCP) qui associe le chirurgien, le radiothérapeute et le chimiothérapeute.

Les modalités de la chimiothérapie sont fonctions de l’analyse histologique définitive réalisée après une exérèse complète de la tumeur.


Publié le 16 juin 2015 par Dr. Ludovic Friederich

Mentions légalesPlan du site • Copyright © 2015 • Gynécosphère - Centre international de gynécologie Paris, France • Tous droits réservés